L'activité physique adaptée

L’activité physique adaptée

 

L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) a élaboré en 2008 des recommandations pour promouvoir l’activité physique et sportive. Ces recommandations, reprises en 2010 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), préconisent 30 minutes d’activité physique et sportive (APS) quotidienne pour un adulte et 60 minutes pour un enfant. Les effets bénéfiques de l’APS sur la santé sont mis en évidence à cette époque par de nombreuses études scientifiques. Ces études démontrent que l’APS améliore très sensiblement l’état de santé d’une population et qu’elle a dans plusieurs maladies chroniques des effets bénéfiques en termes de prévention de la maladie et en termes d’augmentation des chances de guérison.

 

 

Le Comité de Paris de la Ligue contre le cancer remercie la CAMI pour ses conseils éclairés et l’aide précieuse apportée dans l’élaboration de cette rubrique.

Accéder au site de la CAMI : www.sportetcancer.com

Un petit quizz sur l’activité physique

Quand on est malade, il faut se ménager, il vaut mieux économiser ses forces pour lutter contre la maladie

Quand on est malade, il faut se ménager, il vaut mieux économiser ses forces pour lutter contre la maladie

Quand on est malade, il faut se ménager, il vaut mieux économiser ses forces pour lutter contre la maladie

FAUX ! 

 

Lorsqu’il est pratiqué régulièrement et de manière suffisamment intense pendant la prise en charge, le sport entraîne une meilleure tolérance et une meilleure observance des traitements. Il est prouvé qu’il permet, en outre, une diminution très sensible du risque de rechute et de la mortalité à long terme.

J’ai 50 ans, je n’ai jamais fait de sport, ce n’est pas maintenant que je vais m’y mettre

FAUX ! 

 

Il n’y a pas d’âge pour commencer une activité sportive, dès lors que la pratique est adaptée à l’état de santé. Les bénéfices de l’activité physique et sportive sur la santé sont démontrés à tout âge et quelles que soient les pratiques antérieures.

Pratiquer une activité sportive pendant mon traitement, c’est prendre soin de moi

VRAI ! 

 

Parce qu’elle réduit la fatigue, diminue les effets secondaires, atténue la toxicité des traitements, la pratique sportive est source de mieux-être.

N’importe quelle activité physique permet de produire, sans effort, un effet bénéfique sur la santé

VRAI ET FAUX !

 

C’est vrai qu’il vaut mieux bouger que de rester sédentaire, mais pour être pleinement bénéfique pour la santé, l’activité physique et notamment la pratique sportive doit être d’une intensité suffisante.

Il vaut mieux faire du sport une fois de temps en temps que de bouger un peu chaque jour

FAUX ! 

 

C’est l’activité pratiquée régulièrement dans la durée qui a le plus d’effets bénéfiques sur l’organisme.

Si je fais de la natation pendant quinze jours, c’est suffisant pour en tirer bénéfice ?

VRAI ET FAUX ! 

 

Certes, vous en tirerez du plaisir, mais les effets bénéfiques d’une pratique sportive dans le cadre du cancer se révèlent dans la durée, généralement plusieurs mois.

Manger mieux est plus important que bouger plus

FAUX ! 

 

Les deux sont aussi importants l’un que l’autre et sont d’ailleurs liés l’un à l’autre.

Les fruits et les légumes sont les alliés de l’activité physique

VRAI ! 

 

Plus on pratique d’activité physique, plus le corps a besoin de vitamines, de minéraux et d’antioxydants… Et ce sont les fruits et les légumes qui en contiennent le plus.