La stomathérapie

La stomathérapie

Au cours de votre opération, le chirurgien a été obligé de pratiquer une stomie digestive ou urinaire pour assurer l’évacuation de vos selles ou de vos urines. Dans le premier cas, il a dérivé vers un orifice qu’il a confectionné au niveau de la peau de votre paroi abdominale, l’intestin grêle (illéostomie), ou ce qui est beaucoup plus fréquent, le gros intestin (colostomie). Dans le cas des stomies urinaires, ce sont les uretères ou les reins qui sont dérivés vers des orifices créés au niveau de la peau de la paroi (urostomie, néphrostomie). Les stomies peuvent être transitoires ou définitives. Elles nécessitent le port permanent de poches où s’évacuent les selles ou les urines – poches qui adhèrent à la peau. Les poches actuelles comportent un protecteur cutané qui, pour être efficace, doit être en contact direct avec la peau.

Le changement des poches doit se faire au calme, si possible le matin. Il faut nettoyer la peau à l’eau autour de la stomie et n’utiliser ni savon liquide ni antiseptique. En cas de colostomie, votre service de chirurgie a dû vous indiquer qu’après quelques précautions diététiques initiales, vous alliez pouvoir reprendre une alimentation normale.

En cas de difficultés, n’hésitez pas à faire appel à un stomathérapeute, soignant qui a bénéficié d’une formation spécifique pour aider des patients comme vous.

Si vous avez besoin d’adresses ou de soutien, retrouvez ici la liste des associations de soutien aux personnes porteuses d’une stomie (moteur de recherche par région).