La prise en charge de la douleur

La prise en charge de la douleur

La maladie, les traitements et leurs effets secondaires peuvent entraîner des douleurs physiques. La douleur physique peut avoir pour le patient des répercussions psychologiques (angoisse, désespoir, troubles du sommeil, atteinte de l’image du corps) et sociales (relations avec les autres). Mais la douleur n’est pas une fatalité. Il ne sert à rien de la subir. Il est possible de la prévenir et de la traiter par des médicaments (antalgiques) et des techniques non médicamenteuses. La douleur ne doit pas être négligée, même si elle est légère ; signalez-la à votre équipe médicale.

 

La cause, le mécanisme, l’intensité de la douleur sont variables d’une personne à l’autre, de même que la répercussion de la douleur sur les plans physique et psychique. Il faut donc faire un examen clinique approfondi pour mettre en évidence les caractéristiques de la douleur et son retentissement afin de prescrire le traitement adéquat qui vous soulagera. Dans certains cas complexes, des douleurs rebelles, par exemple, le recours à un centre anti-douleur peut devenir nécessaire. Parlez-en à votre oncologue qui pourra vous adresser à une consultation anti-douleur.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter :